Mon témoignage [ Partie 08 ]

Rencontre :

Aujourd’hui, je suis allé à Nantes…

Oui, je suis allé à Nantes, voir quelqu’un du net, que je connais depuis des mois et des mois.

Ca faisait longtemps que je n’étais pas sorti, plus de 01h30 de chez moi et surtout, seul, loin de chez moi.

J’avoue que j’ai cru que ça allait être la catastrophe en fait, non pas en ce qui concerne ma rencontre car de ce côté là, ce fut merveilleux, la grande surprise ( bonne ) mais de mon côté à moi.

En fait, nous n’avions pas prévu ce que nous allions faire, au moins, je ne pouvais pas être anxieux en me faisant des films non, enfin moins de cette façon là.


Donc, arrivé sur place, nous avons eu du mal à nous trouver, car en même temps, je connais plus la Baule et Pornichet que Nantes…

Une fois trouvé, nous nous sommes baladés, ça aurait pu et ça aurait dû être merveilleux, mais il a fallu que tout interviennent, je crois que j’ai fait un mixe entre mes névroses devenues phobies et ma probable psychose ou cette tendance.

En fait, les bruits des voitures, les passants, le nombre impressionnant de données qui apparaissaient devant moi et tout autour de moi étaient suffocantes, je ne pouvais pas tout prendre en compte et ça me donnait le tournis et je sentais l’angoisse monter à ce niveau là ; j’ai assez rapidement regretté de ne pas être venu avec mes boules quiès. Cela dit, je me suis bouché les oreilles quelques instants, et j’étais beaucoup mieux, mais je ne pouvais pas marcher comme ça et puis, je ne voulais pas la faire fuir, car elle me l’a dit, elle s’y attendait quand même, car je lui en avait beaucoup parlé, de tous mes symptômes, mais elle ne savait pas que c’était à ce point là, que j’étais aussi  » bizarre  » comme elle a dit.

Un moment donné, une voiture de police à juste mis sa sirène à notre niveau, à environ 10 mètre sur ma droite et vu que j’étais déjà angoissé d’avance, je me suis senti mal, mais 2 minutes après, j’ai repris le dessus : la honte un peu quand même…

Donc, comme à mon habitude, quand je vais bien et quand je ne vais pas bien, donc en gros presque tout le temps, j’ai réfléchie à une complexité on va dire, je regardais les vitrines et je comptais, c’est vrai que je ne voulais pas louper certains détails, et au final, ça a payé car j’avais retenu les chiffres des magasins et plein d’autres détails que j’ai gardé pour moi, pour le retour.

Mais bon, marcher dans la rue, en étant absorbé comme ça, par les murs, l’architecture, le nombre d’affiche de ventes de maisons dans une agence immobilière etc, donc je regardais en l’air, je m’arrêtais, je ne répondais pas ( sûrement ) ou je coupais mes phrases en y répondant plus tard, ma façon de marcher sur les carrés par terre ou autre forme géométriques délimitées, mes changements brusque de sujets, me donne un sale côté  » autiste  » comme qui dirait, un peu honteux pour moi, j’ai vraiment honte, j’ai vraiment vraiment honte, sans parler du fait que je prenne presque tout ( presque, merci déduction ) au pied de la lettre…

Donc, ce qu’on a fait, c’est qu’on a été dans les bois, car sur le banc du château ( de je ne sais plus quoi ) je me sentais mieux, car il n’y avait plus grand monde et plus beaucoup de bruit, mais je préférais être avec quelque chose que je connaissais, un lieu, comme la voiture ( de mon frère ).

Je lui ai donc proposé d’aller vers un endroit calme, comme une sorte de forêt, en lui déconseillant de me dire oui, car ce serait trop facile, que si elle acceptait pour moi, elle pourrait le faire pour n’importe qui sous prétexte d’un mal être et la suite, on la connaît…

Elle a accepter, enfin, refusé au début, puisque je lui l’avais conseillé, mais j’ai fini par craquer, car je devais sortir de la ville.

J’étais bien, elle aussi je crois, mais, nous nous sommes fait virer par un policier très  » aimable « , car nous devions stationner en dehors d’un virage, donc ceci fut prétexte pour revenir vers la ville, pour elle, mais aux abords de celle-ci, plus tranquilles.

Donc il était environ 21h30, ça faisait environ 02h00 que j’étais arrivé, car je suis arrivé à 19h38 et nous avons passé le reste du temps, jusqu’à 01h44 dans la voiture.

Nous sommes resté à la même place, tout le temps, sauf pour la ramener à la fin.
Nous avons discuté beaucoup, elle a beaucoup rit, moi aussi, moins qu’elle mais quand même.

Nous nous sommes caressé les mains, pendant tous ce temps et nous nous sommes regardé dans les yeux, comme deux cons qu’on se disait, pendant tout ce temps, c’était, magique et irréelle.

Bon, je fini par ça, préférant finir sur ce qui reste le plus, pour moi de tout ça, en vous épargnant tous mes soucis dans la voiture, car il y en a eu quand même, forcément…

M………..y, je pense très fort à toi.

0 commentaires à “Mon témoignage [ Partie 08 ]”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Syou Plé vous souhaite la bienvenue !

Laissez-vous guider...

Pour que chaque jour compte

février 2008
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829  

Une belle contradiction

Une belle contradiction

Notre plus grand combat nous oppose à nous-même !

Notre plus grand combat nous oppose à nous-même !

  • Album : Mes chiens
    <b>45.jpg</b> <br />

Sondage

Que pensez-vous de ce blog ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Petit Rappel

Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n° 57-298 du 11 mars 1957). Il est interdit d'utiliser et/ou reproduire et/ou représenter et/ou modifier et/ou adapter et/ou traduire et/ou copier et/ou distribuer, l'un des quelconque éléments – photos, poèmes, articles personnels – publiés sur ce blog de façon intégrale ou partielle, sur quelque support que ce soit – électronique, papier ou tout autres supports – sans l'autorisation expresse et préalable de l'auteur. Blog créé le 21 janvier 2 008 – Dixcrétion – tous droits réservés -

cornillonchristophe |
Les Livres de Loïc ! |
UN PEU DE POESIE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Franck Bellucci
| Les maux du coeur
| Mes mots...