Mon témoignage [ Partie 14 ]

L’empathie ! Qu’est-ce que c’est qu’ce truc ! Je ne comprends pas comment les autres le ressentent, comment les autres eux, fonctionne.
Pourquoi être triste de la mort de quelqu’un ? Enfin, pourquoi le sont-ils ?

Ce qui m’attriste dans la mort de quelqu’un, ce n’est pas sa mort en elle-même, mais ce peut-être les habitudes que j’avais avec cette personne, l’habitude de la féquentation de lieu avec, ou des choses comme ça. Après, les autres eux, ressentent-ils ça comme ça ou pas ?

J’avoue avoir du mal à être triste quand ça ne change rien concrètement à ma vie, et je sais, ça fait salaud, mais c’est comme ça et je n’y peux rien.

Lorsqu’on me dit que quelqu’un est mort, bien sûr que je vais dire la plupart du temps des choses comme : << Oh ! C'est bête >> ou << Il était si jeune et avait la vie devant lui ( ou pas ) >>, mais il m’arrive de dire : << C'est bien >> étant naturel car mon naturel n’a rien à en dire, car ça ne change rien à ma vie. C’est triste non !

D’ailleurs, si mon problème ne se résumait qu’à ça, peut-être que ça irait mais c’est bien pire.


Quand quelqu’un va mal, ou pire, qu’il me dit qu’il va se suicider, je ne sais jamais quoi dire, alors, au fond de moi je peux penser une chose assez horrible, en me disant qu’une fois qu’il l’aura fait, au moins, je ne serais plus confronter à moi-même et à mon incapacité, et qu’au final, ce sera peut-être une bonne chose ; surtout que ça ne me fera rien…

Tout ceci me rend tel un monstre aux yeux des autres, alors que je suis si sensible en fait, mais par rapport à ce que je ressens. Heureusement, il m’est arrivé suffisamment de choses dans ma vie, pour que je sois un peu sensible à certains malheurs de ces autres, je m’approche de la vérité, de ce qu’ils ressentent, même si parfois c’est de très loin.

Ce problème de relation des autres à moi et de moi au autres ( l’interaction ) rend les conversations tellement difficiles et rend ce que j’ai à dire tellement fait de façon maladroite.
Souvent en voulant dire mon impression sur un ressentiment, je le fais tellement mal qu’au mieux la personne se fâche, ou au pire la personne se met à pleurer, alors que je ne voulais en aucun cas la faire pleurer, oh non ! Mais on dirait que c’est presque inévitable.
Je ne sais pas vraiment sourire, et, quand je parle sur le net ça se voit on dirait, alors qu’en fait je ne suis pas fâché, parfois ma réaction est étrange, surtout dans la vraie vie, mots saccadés, voix appuyée sinon je tremble etc, mais c’est juste parce que, d’être incompris me fait paniquer.

Il n’y a pas que ça qui me fait paniquer. Je ne peux pas suivre plusieurs conversations à la fois et il me faut donner toute l’attention à la personne, et que rien ne me gêne dans mon environnement, rien ne me déconcentre. Ce n’est pas toujours évident.

Quand plusieurs personnes parlent en même temps, les bruits deviennent soudain criant, la vision se trouble, je ne suis plus rien du tout, tout se perd, et j’ai envie de dire : Stoooooooooooooooooop !!!!!!!! Je panique littérallement.
Mais ceci me le fait également, si je suis en ville par les voitures ( à pied et pas tout le temps ), quand je suis planté à un endroit comme coincé, et que je vois les gens qui parlent, je les entends et j’essaie de capter chaque mots, ce qui est bien entendu très difficile alors là, pareillement je peux avoir des sensations de paniques, d’angoisse et de stress très intenses.

Tout ce qui est sociale m’énerve, et pourtant je ne sors jamais, mais les conversation Msn par exemple, à outrance ( c’est à dire trois conversations en même temps ), ou de longue durée, les lumières du message quand la personne vous parle, pour vous avertir, le bruit ( l’alerte ), je ne le mets plus depuis longtemps, tout ceci me panique.
J’entends pas sociale, tout ce qui cherche d’assez près à communiquer avec vous : Les gens, forcément, les publicités, les émissions qui vous demandent des choses, ou sont censées vous faire rire alors que je n’ai pas envie de le faire, etc.

Je ne supporte pas grand chose à vrai dire, je suis presque misanthrope on dirait.

Pourtant je suis très renfermer, j’évite les gens au maximum, façon de m’éviter moi, je filtre les appels, je filtre les amis virtuels, je filtre tout, mais pourtant, le si peu est déjà souvent de trop.

Ce n’est pas tous les jours facile de vivre ainsi. Je suis un handicapé de la vie, et ce, depuis toujours, sauf que là, j’en ai marre d’imiter…

0 commentaires à “Mon témoignage [ Partie 14 ]”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Syou Plé vous souhaite la bienvenue !

Laissez-vous guider...

Pour que chaque jour compte

février 2008
L Ma Me J V S D
« jan   mar »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829  

Une belle contradiction

Une belle contradiction

Notre plus grand combat nous oppose à nous-même !

Notre plus grand combat nous oppose à nous-même !

  • Album : Mes chiens
    <b>45.jpg</b> <br />

Sondage

Que pensez-vous de ce blog ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Petit Rappel

Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n° 57-298 du 11 mars 1957). Il est interdit d'utiliser et/ou reproduire et/ou représenter et/ou modifier et/ou adapter et/ou traduire et/ou copier et/ou distribuer, l'un des quelconque éléments – photos, poèmes, articles personnels – publiés sur ce blog de façon intégrale ou partielle, sur quelque support que ce soit – électronique, papier ou tout autres supports – sans l'autorisation expresse et préalable de l'auteur. Blog créé le 21 janvier 2 008 – Dixcrétion – tous droits réservés -

cornillonchristophe |
Les Livres de Loïc ! |
UN PEU DE POESIE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Franck Bellucci
| Les maux du coeur
| Mes mots...