Déesse du satan

Déesse du satan dans 29 - Poèmes article_560830

 

Tes bras vont me marquer,
Ton parfum, ta tendresse et ta beauté,
Tes bras deviendront infidels,
Car je n’ai pas su te dire ô combien ma belle, ô combien je t’aime.

 

Je ne sais pas si je pleurerai,
Je le ferai en regardant des scènes qui nous appartiennent,
Je crois que sans toi ce que j’ai de vie, partira,
Toi, qui un instant, dans de délicieux moments fut mienne.

 

Chienne de vie qui m’a dicté toutes ces frasques et turpitudes,
Cette vie qui m’a fait devenir un démon,
Pourtant je croyais avoir pris l’habitude,
Je croyais avoir surpassé Avalon.

 

Dans ton monde je me suis bercé,
Dans ton univers tendre, onirique nous étions enlacés,
Nous nous sommes reconnus très rapidement,
Nous avons été bien plus loin que le firmament.

 

Et finalement je connais et reconnais cette fin,
Ce parfum si vaste et si injuste qui me tue,
Je le sens en moi qui s’imprègne,
Une partie de moi, qui jadis, m’aliénant devant son règne.

 

Toi, Reine de mes nuits, déesse du Satan,
Toi Mary, qui a su me transcender,
Trop tard dis-tu, je n’ai plus le temps,
Coupable je suis, la sentence, ce lourd verdict est dressé.

 

Je voulais te parler, m’adresser à ton cœur,
Tant de rancœur pour un homme << pilule du bonheur >>,
Nos états aliénants, le mien surtout, je l’avoue,
J’ai loupé, j’ai fauté, un homme devant toi, est devenu loup.

 

J’ai hurlé en silence, j’ai hurlé devant, là,
J’ai crié mon existence, je l’ai dit, tout pour toi,
Tu l’as entendu, ô que oui, tu l’as même entre aperçu,
Mais tu ne l’acceptes pas, je comprends, avant que l’on s’aime, je t’ai Mary, déçu.

 

Perdu de vue, perdu, toutes mes nuits seront tienne,
Perdu dans le gouffre, dans des noirs plus obscures,
Mes yeux vagabonds, mon esprit voyageur, ma sirène,
Un être pourtant, sans souffrances, qui serait être si pure.

 

Tu es dure, je le mérite, tes paroles je les médite,
Je suis un maudit, mes maux disent ces mots puis tant pis,
Mon requiem, toi, mon emblème, tu seras ma chanson,
Mélodies tristes, mélancoliques, je le mérite, de toute façon.

 

0 commentaires à “Déesse du satan”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Syou Plé vous souhaite la bienvenue !

Laissez-vous guider...

Pour que chaque jour compte

mars 2008
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Une belle contradiction

Une belle contradiction

Notre plus grand combat nous oppose à nous-même !

Notre plus grand combat nous oppose à nous-même !

  • Album : Mes chiens
    <b>45.jpg</b> <br />

Sondage

Que pensez-vous de ce blog ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Petit Rappel

Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n° 57-298 du 11 mars 1957). Il est interdit d'utiliser et/ou reproduire et/ou représenter et/ou modifier et/ou adapter et/ou traduire et/ou copier et/ou distribuer, l'un des quelconque éléments – photos, poèmes, articles personnels – publiés sur ce blog de façon intégrale ou partielle, sur quelque support que ce soit – électronique, papier ou tout autres supports – sans l'autorisation expresse et préalable de l'auteur. Blog créé le 21 janvier 2 008 – Dixcrétion – tous droits réservés -

cornillonchristophe |
Les Livres de Loïc ! |
UN PEU DE POESIE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Franck Bellucci
| Les maux du coeur
| Mes mots...