Entretien avec le psychiatre du 05 02 2 008

Je me lève à l’heure, j’ai mes affaires propres, j’ai du temps devant moi, suffisamment pour passer sur le pc avant de partir, et même une fois répondu à mes messages privés, et autres messages, il me reste encore du temps. Je décide tout de même de partir, et d’être en avance, on ne sait jamais…

J’emporte Rimbaud ( le livre ), avec moi, les deux feuilles : 1 article que j’ai trouvé expliquant mes symptômes et ce que j’ai écrit pouvant d’écrire une crise, ou surcharge plus exactement.

Je suis calme, tout se passe bien sur la route, ce qui n’est pas fréquent, il fait beau, ni trop chaud ni trop froid, parfait ! Le ciel est bleu. J’arrive là bas, avec 10 minutes d’avance.
Je me dirige de suite dans la salle d’attente, – je connais le fonctionnement ce qui est rassurant – et là, cette salle pour habitude vide, ou presque, se trouve 07 personnes : 06 adultes et 01 petite fille. Bon, le principal c’est que j’ai une place de libre, je ne supporte pas ça ne pas avoir de place de libre et de rester comme un con debout.

Je m’assoie, j’ouvre mon livre en attendant (…)

Puis vient mon tour, 20 minutes plus tard, alors que j’étais plongé dans les assis ou une saison en enfer, je ne sais plus trop.

Je m’installe dans son bureau éclairé, il est accompagné de l’infirmière qui a son bureau à côté du sien, ce qui est gênant, moins à présent, mais j’ai du mal avec ça, le fait que plus de deux personnes soit dans une pièce, du mal avec les groupes et trois personnes, c’est un groupe déjà…

Le psychiatre prend la parole : Alors monsieur ****, vous étiez déjà venu il y a deux ans, ou trois ans en relisant sa fiche. Tant que ça ! Me dis-je ! Fichtre ! Ca passe vite !

Puis il me demande ce que j’ai. J’ai du mal à dire quelque chose, ça ne veut plus sortir, on me l’a trop demandé, cette question a trop été posée. J’hésite. Je lui dis que je souffre depuis petit, c’est que ma mère m’a dit.

_ Vous travaillé ?

Plus ! Lui répondis-je.

_ Interim ?

Non, je suis en arrêt.

_ Vous repprendrez quand ?

Quand on aura trouvé…de quoi je souffre.

_ Avez-vous de hallucination.

J’hésite. Euh… Pas vraiment des hallucinations. Je vois des choses qui ne sont pas, j’entends des bruits qui n’existent pas…euh… A ce moment là, je vois que je me fourvoie, lui encore plus.

Je lui dis que j’ai écrit sur un phénomène, que j’appellerai surcharge. Je vois que ça lui parle…

Je lui tends le papier, en lui disant que ce n’est pas long.

Il m’explique deux trois choses. C’est un peu flou. Je sais juste que je lui ai répondu. Tenez ! En lui tendant l’article. Voilà mes symptômes.

Tout de suite, – je savais qu’il allait le voir – il voit le titre : 10 choses que les autistes aimeraient vous dire, quelque chose comme ça.

Vous croyez être autiste dit-il tout en continuant à lire rapidement. Je ne crois rien monsieur, je dis juste que là sont mes symptômes, ce n’est pas moi le spécialiste, je ne peux donc pas dire si je le suis ou pas.

Il commence à me dire que je pourrais prendre un rendez-vous… le coupant je lui dis que j’en ai déjà un, le 11 / 04 à 15h00 chez le docteur Tuffreau, spécialiste de l’autisme chez l’adulte, étant très dur à détecter.

D’accord dit-il sans sourire, ni rien. Très sérieux, mais en même temps sans avoir l’air de se dire que je me moquais de lui bien que je ne sais pas comment on a l’air de ne pas se moquer de quelqu’un…

Puis il me demande ce que j’ai avec moi. C’est un livre personnel ?

_ C’est autre chose, c’est Rimbaud.

Là dessus il se met à sourire et nous entamons une conversation sur Rimbaud, sa relation avec Verlaine, L’incident avec celui-ci, son homosexualité, ses petites magouilles, ses poèmes etc… J’ai vu qu’il me prenait comme un confrère, sur au moins un domaine, ce qui ne m’a pas déplu.

<< Rendez-vous le 21 avril. >>

_ Comme ça je vous donnerais des nouvelles de mon rendez-vous avec ce spécialiste.

0 commentaires à “Entretien avec le psychiatre du 05 02 2 008”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire


Syou Plé vous souhaite la bienvenue !

Laissez-vous guider...

Pour que chaque jour compte

mars 2008
L Ma Me J V S D
« fév   avr »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Une belle contradiction

Une belle contradiction

Notre plus grand combat nous oppose à nous-même !

Notre plus grand combat nous oppose à nous-même !

  • Album : Mes chiens
    <b>45.jpg</b> <br />

Sondage

Que pensez-vous de ce blog ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Petit Rappel

Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n° 57-298 du 11 mars 1957). Il est interdit d'utiliser et/ou reproduire et/ou représenter et/ou modifier et/ou adapter et/ou traduire et/ou copier et/ou distribuer, l'un des quelconque éléments – photos, poèmes, articles personnels – publiés sur ce blog de façon intégrale ou partielle, sur quelque support que ce soit – électronique, papier ou tout autres supports – sans l'autorisation expresse et préalable de l'auteur. Blog créé le 21 janvier 2 008 – Dixcrétion – tous droits réservés -

cornillonchristophe |
Les Livres de Loïc ! |
UN PEU DE POESIE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Franck Bellucci
| Les maux du coeur
| Mes mots...