Mutisme reviens-tu ?

Bonjour,

Je le sens, il revient. J’ai essayé de prévenir tout le monde, j’ai essayé de le dire, je n’ai pas utilisé les bons mots, ou je n’ai pas été assez convainquant, je ne sais pas. En tous cas, mon mutisme, celui que j’ai eu de 14 à 16 ans est, j’en ai bien l’impression, en train de revenir.

Ce soir, je n’arrive plus, je le sens, je ne peux plus. Après une dispute avec mon frère, qui n’est pas le fondement de cet état, mais juste la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, vase qui est représentatif des possibilités que j’avais.

Pervers ! C’est pervers ! car ça ne se voit pas. Ca ne se voit pas que je souffre, que je fais des efforts car personne, ni même moi n’a la mesure exacte de mes réelles capacités. Ma mère, par exemple est tellement loin de la vérité. Elle a beau savoir à présent que je suis autiste, elle ne sait pas vraiment ce que cela engage, enfin, plus exactement, quelles sont mes réelles difficultés. Aujourd’hui, elle va en prendre conscience car j’arrête, je stop tout, je me coupe du monde totalement, enfin, presque, puisque je reviendrai ici.

Ici vous pourrez sans doute me parler, mais sans doute cela sera très peu.

On me demande trop de choses, on m’en demande plus, toujours plus et on ne sait pas se contenter de ce que je fais comme si c’était normal pour moi tout cela. Personne, je dis bien personne ne se rend compte des efforts que je dois faire pour être aussi  » normal  » au jour le jour. Aujourd’hui, vous allez vous rendre compte que je ne suis pas celui que vous croyez, que je souffre et sans doute là, vous vous rendez compte qu’hier encore, ce que je faisais était déjà pas mal, que vous aimeriez bien me revoir ainsi, mais il est trop tard, le mutisme est là.

Je le savais, il était là à me tenter depuis longtemps, si bien je suis quand je ne parle pas, quand je n’entends pas. Toujours les mêmes phrases : << Va chercher ça ! >> << Va faire ceci, va faire cela >> << Tu te rends compte ? Si tu continues comme ça il va t'arriver plein de choses ( mal forcément... avec une énumération répétitive )...

J’en peux plus, j’en peux plus. Je veux arrêter tout cela. Je veux me couper de ce monde qui me fait tant souffrir. Je n’en peux plus. Je veux être seul, seul, totalement seul. Vivre dans ces conditions est bien trop dur, tellement dur. Je suis seul de toute façon car personnes ne se rendaient compte de tout ce qui se passait dans ma tête. Je ne veux plus parler, je ne veux plus parler, je ne veux plus de tout cela. Stooooooooop ! Fini ! Je capitule. Vous m’avez eu ! Vous avez gagné ! J’ai perdu ! Vous vouliez m’avoir, vous m’avez eu.

Je m’excuse d’avance envers Azumi qui n’y est pour rien dans cette histoire. Je suis désolé. J’espère qu’elle tiendra le coup. Je ferai mon possible pour communiquer avec elle, même si ce sera dur, même si toi aussi tu m’en demandais beaucoup sans t’en rendre compte.

Mon frère, si tu me lis, je compte sur toi pour être mon porte-parole ou ma parole tout simplement, et une chose importante : ne me demande pas de parler, ni de sourire, rien de cela, je t’écoute ( sauf si je ne t’écoute pas ) mais tu le sais. Tu n’es pas, encore une fois, responsable de tout cela ; je ne t’en veux pas pour ce soir, je crois qu’au contraire, tu m’as aidé à agir, à prendre cette décision de mutisme ( ne plus parler ) qui n’en est pas vraiment une, mais juste le naturel qui prend le dessus car je crois ne jamais avoir parlé de façon naturelle car je pense que pour moi, parler ne l’est pas, enfin, n’est pas dans ma nature la preuve, ça me fait souffrir.

22 commentaires à “Mutisme reviens-tu ?”


1 2 3
  1. 0 taciturne 23 avr 2008 à 10:09

    J’ai po tous compris mais je le relirais…

  2. 1 scheisse44 23 avr 2008 à 20:55

    ce que tu ecris j’aurais pu l’ecrire mot pour mot alors je ne vais pas le repeter et je vais faire cours car en ce moment je n’arrive pas a parler et je ne suis pas bien, je comprends ta souffrance, je l’ai vecu et je la vie actuellement, je n’arrive plus a parler depuis les TS, tant que j’étais capable j’ai essayer, même si ce n’étais pas que de l’oral j’ai essayer d’ecrire, on ne m’a pas ecouter, on n’a pas voulu communiquer avec moi pourtant je fesait de gros effort et les gens ne se rendent pas conte a quel point c’est difficile, ils en veule toujours plus, j’en ai plus qu’assez de devoir faire des effort de devoir tout le temps m’adapter et ces effort ne son pas reconnu car ils sont passer comme le train train habituelle et que je me suis adapter comme une personne normal et je voudrez criez au gens NON je ne me suis pas adapter, pour fournir sa il a fallu que je NE SOIS PAS MOI, je voudrais re rentrer dans mon monde et que l’on me foute la paix, être dans le vide, entendre ou ne pas entendre les voix au loin, oublier que je suis differente, être MOI

  3. 2 Syou Plé 23 avr 2008 à 21:31

    J’avais oublié, ça me fait plaisir de te revoir.

  4. 3 Syou Plé 23 avr 2008 à 21:33

    Bonsoir,

    Nous pensons pareillement je vois ça. Oui tout comme toi, les autres ne font pas attention à mes efforts, ils me voient tous les jours, avec des moments où je parle plus que d’autres alors qu’ils ne comprennent pas qu’il s’agit d’une phase, cette phase où j’arrive à m’ouvrir.
    Ils me croient renfermé alors que je suis ouvert là, et que les moments où je parais renfermé ce sont des moments où je suis ouvert comparé aux phases naturelles, aux phases où je suis plus moi-même.

    Mais non, tout comme toi, ils m’en demandent plus, parce qu’ils jugent que je peux le faire, la preuve disent-ils, je leur ressemble et puis, je l’ai déjà fait donc si je ne le refais pas, c’est parce que je m’en fou ils disent…

    Je ne sais pas dans quelle langue faudrait leur dire que je suis malade et que justement, si j’étais comme ils me le demandent je ne serais sans doute pas malade à ce point, voire pas du tout.

    Alors actuellement je suis en saturation c’est-à-dire que je ne communique presque plus, ma mère m’appelle mais je ne lui réponds plus car ses appels sont devenus négatifs pour moi car elle me renvoie à deux choses :

    - A ma maladie
    - Et à son aveuglement

    En fait elle me culpabilise d’être malade sans s’en rendre compte, elle, elle pourrait le faire, donc moi, je peux le faire. Faudrait qu’elle arrête de se comparer à moi et pour tout le monde pareil car je ne suis pas eux, je n’ai pas leur facilité, ils n’ont pas mes difficultés, ils ne savent pas ce que c’est que la vie d’un autiste, ils ne savent pas les difficultés que sont les miennes, ils ne peuvent donc pas être à même de juger des efforts que je fais ou pas.

    Comme toi, en ce moment, je veux juste une chose, qu’on me foute la paix, qu’on me laisse, je ne veux plus de question, de  » ça va  » ni rien de ce genre, j’en peux plus.

    On a trop poussé, ou m’a trop poussé à bout et c’était un risque que tout le monde pouvait deviner mais que personne n’a voulu voir, personne.

    Ce que je dis souvent aux autres :  » la première grosse erreur que vous puissiez faire avec moi c’est durant un temps, peu importe sa durée, croire, et me considérer comme quelqu’un de normal, comme un des vôtres.  » mais ils font toujours l’erreur et ce pourquoi ? simplement parce que je souffre, tout comme toi, de quelque chose qui ne se voit pas.

    Si j’avais des jambes qui ne fonctionnaient plus, personne me dirait d’aller seul à des rendez-vous, personne ne me reprocherait ce que je ne fais pas, mais là, vu que j’ai l’air normal, mon handicap ne se voit pas, donc, ça légitime le fait qu’on m’en demande plus, et qu’on me reproche de ne pas le faire.

  5. 4 scheisse44 23 avr 2008 à 21:41

    Je suis sur le rebord du monde
    Et je regarde en bas
    Tout y est si sombre
    Et je ne m’y vois pas
    A la mort la naissance succombe
    Jamais ça ne changera
    La vie n’est donc qu’une ronde
    Mais elle tourne sans moi…

  6. 5 scheisse44 23 avr 2008 à 22:05

    j’ai essayer de tirer la sonnette d’alarme, à ma maniere, a la seule maniere qui me rester comme possibilité, je sentais comment sa aller finir et que je rentrer doucement dans le « mutisme » (plutot le nom que l’on nous donne lorsque l’on est pas comme tout le monde), les professionnel non pas compris, ils n’ont pas pris en conte mon handicap et mes difficultés, même ceux qui me connaisse depuis lontemps, j’ai reussi, OUI j’ai reussi a surmonter plein de choses mais a quel prix, en me detruisant petit a petit, personne n’a rien vu, puisque c’est normal et que j’ai reussi a surmonter tant de difficulté alors pourquoi je n’y arriverrais pas encore, c’est un manque de volonté, un caprice d’enfant, une manupulation et tout ce que une personne dit normal te repete alors pourquoi je m’arreterais la, MOI je leur dit stop, OUI j’ai reussi et la je n’en peux plus, je ne veux plus faire d’effort, je ne veux plus m’adapter, je n’en peux plus, je n’y arrive plus, je me sens mal, je veux en finir, je ne supporte pas la vie, je ne supporte pas ma vie, je suis sur le rebords et l’effort que vous me demander est trop dur, je peux pas je n’en peux plus, je voudrais parler mais je n’y arrive plus, j’ai essayer de m’accrocher et la je perds pied je me noie, la vraiment je n’en peux plus

  7. 6 Syou Plé 23 avr 2008 à 22:18

    Je te comprends tu sais. On nous le reproche sans cesse d’être ce que nous sommes, voire de vivre ( ? )…

    Mais toi tu dois vivre, comme moi je le dois. Peut-être un jour comprendront-ils ?!? Ca je veux le croire car comment faire autrement. Ta vie compte autant, si ce n’est plus, que la leur.

    Reste avec nous, reste avec moi !

  8. 7 eclaircie 29 avr 2008 à 19:12

    bonjour, ta douleur me fait mal, aussi, je viens laisser deux ou trois mots. ta réflexion, ton intelligence , ta façon de poser les mots, ton expression écrite m’ont toujours subjuguée, aussi, je viens te dire que j’espère te lire, même si je ne viens pas régulièrement.amitié, Syou, prends soin de toi, puisses-tu trouver un peu de sérénité face à la vie.

  9. 8 Syou Plé 29 avr 2008 à 21:52

    Bonsoir,

    Merci Eclaircie, c’est toujours un plaisir de te recevoir ici comme ailleurs. Je pense à toi de temps en temps, en bien tu le sais car tu as marqué ma vie par ta sagesse et ta gentillesse qui te semble être bien naturelle.

    J’espère que toi aussi tu vas bien. Prends bien soin de toi surtout. A bientôt ! ici ou dans l’autre endroit où naguère, j’eus mes habitudes…

    Bisous !

  10. 9 yoyo 6 mai 2008 à 19:38

    Bonjour a toi :)

    Je viens de lire ton texte, tu sais quoi c’est exactement ce que j’aurai pu ecrire il y’a 2 ans !

    J’ai reussi a remonter un peu la pente grace a des rencontres avec des personnes autistes. Je me suis petit a petit reconstruit si on peu dire.

    Bon courage l’ami

    Amities

    Lionel dit yoyo

1 2 3

Laisser un commentaire


Syou Plé vous souhaite la bienvenue !

Laissez-vous guider...

Pour que chaque jour compte

avril 2008
L Ma Me J V S D
« mar   fév »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930  

Une belle contradiction

Une belle contradiction

Notre plus grand combat nous oppose à nous-même !

Notre plus grand combat nous oppose à nous-même !

  • Album : Mes chiens
    <b>45.jpg</b> <br />

Sondage

Que pensez-vous de ce blog ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

Petit Rappel

Conformément au code de la propriété intellectuelle (loi n° 57-298 du 11 mars 1957). Il est interdit d'utiliser et/ou reproduire et/ou représenter et/ou modifier et/ou adapter et/ou traduire et/ou copier et/ou distribuer, l'un des quelconque éléments – photos, poèmes, articles personnels – publiés sur ce blog de façon intégrale ou partielle, sur quelque support que ce soit – électronique, papier ou tout autres supports – sans l'autorisation expresse et préalable de l'auteur. Blog créé le 21 janvier 2 008 – Dixcrétion – tous droits réservés -

cornillonchristophe |
Les Livres de Loïc ! |
UN PEU DE POESIE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Franck Bellucci
| Les maux du coeur
| Mes mots...